Une économie diversifiée, s’appuyant sur quatre moteurs de croissance.

Plan sectoriel Agriculture et Agro-industrie 

Le plan agriculture et agro-industrie vise à mettre en place une stratégie favorisant l’accroissement de la valeur ajoutée agricole et agro-alimentaire, notamment dans la filière cajou et de rétablir une autosuffisance en produits vivriers (riz, racines et tubercules, produits horticoles) et produits d’élevage. Le plan sectoriel visera à faire de la Guinée-Bissau un exportateur net de produits agricoles transformés, tout en respectant les principes de préservation de la biodiversité, ceci par la mise en place d’une agriculture raisonnée et de développement durable. Dans ce cadre, la Guinée-Bissau a démarré l’élaboration d’un Plan National d’Investisse-ment Agricole (PNIA). Ce plan permettra de définir les objectifs à réaliser dans l’ensemble des filières agricoles et de préciser les investissements et financements requis pour les atteindre. Le plan intégrera également la participation du secteur privé dans le développement et la diversification des produits agricoles. Un plan sectoriel spécifique pour l’industriali-sation de la filière Cajou sera élaboré dans l’ambition de d’améliorer la maîtrise de la qualité de la production de cajou et de transformer localement 30% de la production en 2025. Également, dans l’objectif d’atteindre l’autosuffisance en riz dès 2020, un plan national d’autosuffisance en riz sera élaboré, intégrant la participation du secteur privé dans la production, l’organisation de la filière, sa mécanisation et l’accès aux meilleures technologies de production (semences améliorées, respect des itinéraires techniques, aménagements des terres…).

Plan sectoriel Pêche et Aquaculture

L’ambition de la Guinée-Bissau est de faire de la pêche un secteur dynamique, durable et à forte valeur ajoutée, avec en 2025 un doublement de la production (250 000 tonnes de captures), un triplement du chiffre d’affaire (300 milliards FCFA) et un quintuplement du nombre d’emplois (100 000 emplois directs et indirects). Quatre actions seront mises en œuvre pour atteindre ces objectifs : (i) améliorer la gouvernance du secteur, (ii) développer la recherche et la certification Qualité, (iii) développer la pêche artisanale et valoriser la pêche industrielle, (iv) développer l’aquaculture. Le plan sectoriel Pêche et Aquaculture détaillera ces quatre programmes phares en mettant en relief les impératifs de préservation de la biodiversité, notamment à travers la surveillance maritime dans l’objectif d’éliminer la pêche illégale. Il sera le seul document de référence sur le secteur Pêche et Aquaculture. 

Plan sectoriel Tourisme 

La Guinée-Bissau dispose d’un énorme potentiel touristique du fait d’une biodiversité exceptionnelle. Cet atout positionne le pays comme une destination majeure d’écotourisme, mais aussi de tourisme balnéaire nature haut de gamme du fait du caractère insulaire du territoire. Cependant, de nombreux handicaps empêchent aujourd’hui la valorisation de ce potentiel. La destination souffre en particulier d’un déficit d’image et d’insécurité. L’accès aérien à la destination n’est pas aisé, le pays étant faiblement connecté aux marchés émetteurs internationaux. Les dessertes aériennes, routières et fluviomaritimes vers les sites d’intérêt touristique ne sont pas développées. L’offre d’héberge-ment, y compris pour d’autres segments en développement, notamment le tourisme d’affaires, est faible et d’un rapport qualité/prix peu compétitif. Par ailleurs, l’offre d’agréments est insuffisante et peu diversifiée. L’élaboration du Plan Sectoriel Tourisme vise ainsi à construire : (i) une image internationale de qualité autour de cette nature et biodiversité exceptionnelles, (ii) des ressources humaines et des compétences fortes en ingénierie touristique et dans le management de la destination, (iii) un investissement significatif en hébergement de qualité pour renforcer et diversifier l’offre, d’écotourisme haut de gamme dans les Iles Bijagos dans une première phase puis sur des sites tels que Varela, le Parc National de Cantanhez ou celui de Pecixe dans une deuxième phase, (iv) une visibilité sur les grands marchés émetteurs (promotion) et le développement de la commercialisation adossée à une offre compétitive de transport aérien vers la destination Guinée-Bissau, (v) la mise en place d’un ensemble de services respectant les standards de qualité et de sécurité requis (services d’accueil à l’aéroport, agences de voyage, navettes, bateaux & taxis, restauration, guides…). L’objectif sera de développer une grappe de services de qualité, qui créera de nombreux emplois directs et indirects dans les métiers du tourisme (services de restauration, loisirs, services logistiques…). Le plan sectoriel tourisme déclinera également la stratégie détaillée de développement d’une offre touristique dans les Îles Bijagos, qui seront érigées en Zone Touristique Spéciale. 

Plan sectoriel Mines 

Le plan sectoriel Mines a pour objectif de promouvoir et de valoriser le potentiel minier et industriel bissau-guinéen, dans un cadre global de développement durable et de préservation de la biodiversité. La Guinée-Bissau dispose de réserves importantes en minerais non-exploitées (phosphates et bauxite). L’activité minière est embryonnaire et ne couvre aujourd’hui que l’exploitation de petites mines et carrières. Le Plan Guinée-Bissau 2025 entrainera un besoin important en matériaux de construction de base pour l’édification de nouvelles infrastructures (routes, ports, aéroports…). Il s’agira également de développer les compétences nationales dans les domaines des mines et de l’industrie et d’y favoriser l’émergence d’un entreprenariat local. Enfin, le Gouvernement prévoit à travers ce plan d’identifier et de mettre en œuvre toutes les actions de base et tous les préalables nécessaires à une exploitation durable des ressources minières d’ici 2020.